Distance

Chercher sa place

Les hommes n’ont jamais été aussi nombreux à vivre si proches les uns des autres dans les villes. Bien qu’en temps de paix, la société engendre une guerre en son sein. La compétition individuelle pour un meilleur statut est valorisée, et l’indifférence quant aux laissés pour compte est l’expression moderne de la cruauté. Dans ce contexte, les moyens de communication sont privilégiés plutôt que la confrontation directe, amenant à considérer l’autre, quand il n’est pas un adversaire, au mieux tel un concept désincarné. Le temps accordé au prochain s’épuise, aussi les jugement sont rapidement établis suivant les signes extérieurs de réussite. La quantité des contacts, plutôt que la qualité, y est appréciée comme une valeur chiffrée d’insertion sociale. Au final, c’est une existence vécue dans l’indifférence à l’égard du proche voisin, menant à une vie recluse dont une des préoccupation est d’entretenir la façade brillante de l’épanouissement en communauté.

Dans ces images, la ville apparaît comme une structure immuable, dressée, en déséquilibre, parfois menaçante. Elle est amenée à une certaine harmonie par le personnage imprévisible qui s’y installe. Ainsi, bien qu’à mener une existence individuelle, il se pourrait qu’il y ait une place où tout un chacun contribuerait au monde, avec en retour la conviction qu’il est une valeur à en faire partie. Son existence ayant un sens dès lors, il ne serait pas perdu.